bouton agence bouton metiers bouton solutions bouton actualite
Retour page précédente Retour La Presse en parle
Lettre ouverte - Claude MORIN » Article Tourmag - André Chapaveire »
04-2012 - L'infomédiation touristique en temps réel.
Tourisme institutionnel et internet : un rapprochement difficile

En réponse à votre article publié dans TOURMAG :

L’évolution de l’organisation touristique institutionnelle, tant française que mondiale, est bousculée par l’apparition nouvelle d’un mode d’organisation
numérique concernant un réseau hyper communicant de destinations touristiques qui échappe à toute forme de hiérarchisation.

Traditionnellement organisé sur un mode pyramidal dans lequel chacun, à l’échelon supérieur (Atout France, CRT, CDT, OT,….), tente d’imposer
sa «marque de fabrique» dans la perspective de rationnaliser la démarche et rendre visible la mosaïque touristique France, le monde institutionnel
touristique, particulièrement cloisonné et incapable de communiquer en réseau, évolue dans l’espace internet selon la règle du «chacun pour soi».
Certains affirmeront que des tentatives locales, départementales ou régionales ont permis de donner une identité graphique ou de créer une marque
de destination mais ces initiatives, toujours isolées, n’apportent aucune réponse sur une large mise en réseau des destinations touristiques.

Le tourisme institutionnel français n’a pas su mettre en place un réseau national de destinations en raison d’un cloisonnement parfaitement étanche
entre les systèmes informatiques privatifs outils gestionnaires de l’information touristique. C’est le règne de l’individualité avec l’affirmation permanente
que chaque système est meilleur que celui de son voisin, face à un monde aujourd’hui porté par l’Open Source et un standard de communication
mondialement partagé : le flux XML et ses évolutions futures.

Le tourisme institutionnel français s’est laissé envahir par de multiples systèmes de réservations, tous copiés sur les méthodes de travail
des tour-opérateurs, avec des performances commerciales qui n’ont jamais été probantes. Les centrales de réservation en place dans les destinations
touristiques, hors leurs coûts d’exploitation disproportionnés, ne sont pas, et ne seront plus jamais, en mesure de fournir les services attendus
par les internautes. Absence de réponse ou réponses négatives alors qu’il y a des disponibilités, restrictions pour les durées de séjours (de nombreuses
destinations exigent encore une durée minimum pour un séjour hôtelier alors que ces mêmes professionnels proposent des disponibilités à la nuitée
sur internet)
; les inadaptations aux exigences des internautes sont nombreuses. Des études comparatives ont montré, que lorsque des centrales
de réservation ont été mise en place par des collectivités territoriales, ces systèmes couteux produisaient des résultats toujours très inférieurs à ceux
des plateformes de distribution internationale sur internet. L’idée même de connecter entre eux des systèmes inefficaces (0 + 0 = …) doit être repoussée :
comment faire communiquer des systèmes non communicants, à quels coûts et, surtout, pour quels résultats ?

Créer une organisation réceptive puissante : comment promouvoir la France sans la vendre ?

Le sujet est bien posé mais les réponses qui ont été données jusqu’à ce jour ou les réflexions en cours qui reprennent de vieilles recettes qui ont toujours
échouées, sont totalement inadaptées au monde moderne de la communication totale en temps réel.

Les disponibilités des hébergeurs sont ailleurs, dans les puissantes plateformes de distribution thématiques sur internet. Les résultats commerciaux
très performants garantissent une parfaite actualisation en temps réel des disponibilités, un travail permanent sur les prix en fonction du remplissage
de chacun et la capacité de lancer, selon les besoins et à la seule initiative de chaque professionnel, des promotions. Les centrales de réservation
ne sont pas les partenaires de ces plateformes ; au mieux peuvent-elles, pour «déguiser» leur position, installer des liens ou des passerelles informatiques
mais cela génère une grande difficulté de compréhension pour l’internaute.

Des initiatives locales individuelles ont pu rencontrer le succès. Pour autant, elles ne constituent pas un modèle de travail reproductible pour concevoir
et développer un réseau organisé de destinations.

Oui, il faut créer une organisation réceptive puissante mais pas selon des règles anciennes qui méconnaissent les nouvelles formes de distribution
sur internet.

Oui, il faut créer une organisation réceptive puissante mais pas sur la base des cloisonnements actuels des territoires touristiques qui méconnaissent
les extraordinaires possibilités de mise en réseau instantanée des destinations.

Oui, il faut créer une organisation réceptive puissante mais pas sur la base obsolète de l’organisation des centrales de réservation qui ne prend pas
en compte les nouvelles règles de la communication en temps réel et l’attitude professionnelle des hébergeurs qui ont compris les nouvelles méthodes
de travail dans le monde internet.

Oui, il faut créer les conditions d’un partenariat public/ privé car si la France se vend mal, c’est parce que sa mise en marché est défaillante
mais le secteur privé a déjà adopté des méthodes de travail qui permettent ce partenariat : pas encore le secteur public.

Oui, il faut disposer de «corners» (points de contacts physiques ou virtuels avec les clientèles) mais encore fait-il avoir des contenus commerciaux
parfaitement actualisés en temps réel directement par les professionnels (c’est leur métier) car la distribution moderne ne se contente pas d’un inventaire
descriptifs des stocks susceptibles d’être vendu : c’est dépassé et inutile.

J’ai trouvé dans vos écrits, Monsieur CHAPAVEIRE, les ingrédients d’une profonde et bien nécessaire réforme et les conditions d’une réorganisation
mais ne regardez pas la mise en marché des destinations touristiques à l’aune de ce qui a toujours été fait. Observez, en toute connaissance,
ce qui est en train de se mettre en place dans le monde internet ou ce qui se prépare pour demain matin. C’est le prix à payer ou bien le monde touristique
institutionnel disparaîtra tranquillement, sans faire de bruit.

Vous avez eu le courage dans un monde contraint par les «habitudes» de situer les enjeux.

Parmi ceux-ci, la maitrise du développement de la mise en marché sur internet des destinations touristiques constitue un chantier prioritaire.
Des comités régionaux et départements du tourisme, des offices de tourisme, des communautés de communes ont expérimenté avec succès
ces nouvelles orientations (partenariat public/privé, intégration/agrégation de données actualisées en provenance de bases de données externes
hétérogènes, …)
qui leur ont permis, sans intervention aucune de leur part, d’élargir avec succès la gamme de services aux internautes (multi destinations,
multi hébergements et produits, multi langues, …)
mais aussi de décider, librement et sans délai, d’organiser la mise en réseau instantanée
de leur distribution avec la capacité de consolider à la demande les offres territoriales de leur destination ou de se mettre, selon les besoins des marchés,
en réseau avec d’autres destinations.

Vous avez posé la question : Créer une organisation réceptive puissante : comment promouvoir la France sans la vendre ?

La réponse est là, elle existe. Des initiatives ont déjà été prises, elles sont probantes et peuvent être, à des coûts modestes, répétées à l’infini
(plus de 20 000 hôtels en France sont aujourd’hui accessibles en temps réel, leurs disponibilités sont connues, les systèmes de réservations
en temps réel sont en place …)


La mise en réseau des destinations est déjà une réalité sur la base d’un partenariat public/privé. Elle fonctionne….

Merci d’avoir ouvert les portes pour aborder la définition d’une nouvelle stratégie d’organisation du tourisme institutionnel en France tout en posant les bases
de réflexion concernant la mise en marché de la destination France. Dans ce dernier domaine, les enjeux concernent les contenus actualisés en temps
réel et la capacité de les mettre en réseau.

Claude MORIN Associé fondateur INFOTOUR® - L’infomédiation touristique en temps réel
Web Informations
Intégrateur Open Source - CMS Joomla!
S
- Gestion de contenus
- Administration en ligne
- Import/export de données
- Editeur multilingues
En savoir plus »
Web Réservation
Gestion de la réservation
S
- Intégration/agrégation (flux XML)
- Affichage des disponibilités réelles
- Moteur de recherche multilingues
 
En savoir plus »
Web Production
Sites internet dynamiques
S
- Création
- Refonte
- Intégration moteur de réservation
- Marque blanche
En savoir plus »
Web Assistance
L'assistance en ligne
S
- Maintenance corrective
- Maintenance évolutive
- Formation en ligne
- Formation sur site
En savoir plus »
BP 22 - 91 rue Frédéric Mistral
34 280 La Grande Motte
Tél. : 04 67 56 44 90
Mail : contact@infotour.fr


Mentions légales - Plan du site
INFOTOUR®
L'Agence
Les Métiers
Les Solutions
Actualités
DESTINATION EDITOR
DEST'Infos™
DEST'Résa™
DEST'Liberté™
DEST'Agora™
DEST'Analytic™
SOLUTIONS
Web Informations
Web Réservation
Web Production
Web Assistance


COMMUNICATION
Qui sommes-nous ?
Voir les Newsletters
La presse en parle
F.A.Q.
Partenaires : Booking  I  B2F  I  Ctoutvert  I  Easyloc  I  Elocationdevoitures  I  Fastbooking  I  Fnac  I  Heli Air  I  Helios  I  Itea  I  Interhome  I  La Fourchette  I  Lagrange  I
Pierre & Vacances  I  SDGI  I  Webcamp